The Broken Law

Bienvenue à toi jeune inconnu(e)
Le secret magique brisé,
Les sorcier déroutés,
La loi dictée par les moldus,

Tels sont les éléments clés de ce fo
Que nous te proposons
Et sur lequel nous espérons
Tu passeras des moments très beaux.


Aventure toi donc sans frein,
Ô Sorcier de coeur
Sur ce forum acquiert la grandeur
Car tu es entre bonnes mains.

The Broken Law

Le secret magique est tombé, le monde se déchire entre sorciers et moldus, quel sera ton camp ?
 

Partagez | 
 Girl with a gentle smile ♦ No
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Nora Hattaway

avatar
Je suis : Anglaise De : Moldu J'ai posté : 43
messages. J'ai : 62 ans. Vous me trouverez : Londres comme avatar. C'est : sweet disaster
MessageSujet: Girl with a gentle smile ♦ No   Dim 25 Sep - 14:20

Nora “No” Hattaway

Nom : Hattaway
Prénom : Nora, “No” de son surnom.
Âge : 17 ans.
Date de naissance : 17 Novembre 2013
Orientation sexuelle : Bi
Groupe : Inquisitrice, malgré son jeune âge, elle a des idées très arrêtées. Et si la magie en soi n’est pas plus dangereuse qu’un couteau, les sorciers sont bien trop dangereux pour l’humanité. Elle n’a pas l’habitude de penser ainsi mais une vie de danger lui a appris à reconnaître ses semblables, les prédateurs humains. Et si l’Inquisition en est remplie au moins ils veulent défendre l’humanité face à ces dangers ambulants.
Nationalité et ascendance : Anglaise & Moldue
Particularité : Elle des dizaines de bracelets sur les poignets, une ceinture-sacoche à la taille quoiqu’il arrive et elle a un tatouage qui lui recouvre entièrement la jambe droite qu’elle a fait du temps où elle faisait partie d’un gang.
Baguette : Moldue power~
Patronus : De même
Maison : Toujours pareil
Situation familiale : Ici
Célébrité : Ginny Gardner
Crédit : doux mensonge


Physique
Ce qu’on remarque en premier chez No est son visage qui respire la gentillesse, puis on est éblouit par le rayonnement chaleureux de son sourire. Ensuite ce sont les deux orbes d’un bleu pur qui nous attire, encadrés par de longs cils noirs qui ne nécessitent pas le moindre maquillage. Son visage arrondi par les traits de l’enfance nous charme et nous fait oublier les imperfections minimes qui l’ornent disgracieusement. Ses longs cheveux de la couleur de l’or pendent jusqu’à ses reins et sont souvent relevés en diverses coiffures à l’aide de rubans généralement, d’élastiques simples plus rarement. Elle a d’élégantes formes féminines et sait les mettre en valeur quoiqu’elle préfère généralement le confort des gros pulls à la coquetterie des bustiers et décolletés. Le luxe peut pourtant avoir son charme aux yeux de No qui a toujours vécu dans la misère. L’immense tatouage sur sa jambe droite est une forêt verdoyante d’où émerge un loup blond, créature la fascinant au plus haut point depuis qu’elle est toute petite. Pour cacher les cicatrices de brûlures à ses poignets, elle les couvre d’innombrables bracelets auxquels elle s’est tellement habituée qu’elle se sentirait nue sans eux. Dans la sacoche pendue à sa ceinture, se trouve divers instruments pouvant l’aider dans ses « missions » ainsi que des potions magiques et généralement explosives achetées sur le marché noir sorcier. Sans compter les deux dagues – minimum – qu’elle porte toujours sur elle.
« On est jamais trop prudent. »

Caractere
De premier abord No peut paraître très naïve ou trop gentille, son sourire perpétuel et sa voix douce incite à le penser en plus de ses paroles dénués de méchancetés. Mais ce serait se fourvoyer. No n’est que peu méfiante – bien qu’elle le soit – mais elle est capable de saisir une situation dans son entier et est parfaitement consciente des mensonges qu’on pourrait lui servir. Seulement son âme est douce et elle se contente de se montrer polie avec ces personnes la sous-estimant. Elle aime être agréable en tout temps, malgré la difficulté que ça représente certaines fois. Généreuse, elle ne refuse que rarement son aide  et elle ne tient pas un compte de toutes les personnes qui lui ont cherché des noises un jour, être rancunière représente bien trop de travail quand on a vécu dans la rue. Rusée comme un renard et habituée à analyser une situation avant de se jeter dans la bataille, elle ne rechigne pourtant jamais à se jeter dans le danger et réagit très vite aux imprévus. Si ce n’est lorsqu’elle jouait à l’araignée pour s’introduire chez des gens ou lors de bagarres, elle est assez indécise et ne parvient jamais à se décider, craignant de faire une bêtise. Car si du moment qu’elle est en danger elle prend rapidement ses décisions – et généralement les bonnes – ce n’est pas le cas lorsqu’elle est en sécurité auquel cas elle manifeste un manque de confiance en soi assez désespérant. Têtue comme une mule, elle sait pourtant changer d’avis lorsqu’elle n’est pas en position de force. De plus si elle a l’air totalement abordable au premier regard, un examen plus poussé montrera qu’elle est en réalité assez distante, n’abaissant ses défenses que pour de rares personnes. Elle avait aussi la réputation d’être imperturbable quel que soit la situation et d’avoir toujours sa politesse et son sourire quoiqu’il arrive. C’est vrai mais c’est également une grosse part de comédie, elle ne montre pas souvent ses sentiments voilà tout. Autre qualité appréciable : elle est très diplomate et était celle qui réglait les conflits dans le gang malgré son jeune âge. Et plus que tout, No aime le sentiment de liberté qui l’emplit lorsqu’elle entre par effraction chez des gens ou qu’elle parcourt les villes par les toits, les étoiles et la lune comme seuls témoins.
« La liberté, quelle belle illusion. »


©Elena Chase.

Prénom : Daphnée
Pseudo : Mary
Âge : 18 ans
Comment avez-vous connu le forum ?: Mon bébé ?
Commentaire : Un jour j’arrêterais d’avoir trop de persos pour mon bien Arrow
Code du règlement :



Histoire

La nuit tombait sur Londres, éteignant les dernières couleurs d’un coucher de soleil alors que No s’infiltrait dans une maison. Petite, dans la banlieue londonienne, elle rappelait à No la première fois qu’elle s’était véritablement retrouvée seule au monde. Elle avait cinq ans.

Le vent souffla fort sur la petite fille qui contemplait le feu flamboyant qui consumait sa maison. Une petite maison blanche avec un toit de tuiles rouges comme on en trouve partout dans cette petite ville et qui ne revêtait pas de particularités particulières autre que de brûler pareil à un feu de joie, ou à bûcher funéraire ? ‘Maman’ murmura la petite fille. ‘Maman’ répéta-t-elle plus fort. L’adulte à côté d’elle ne répondit pas. No quitta le bûcher des yeux pour tourner son petit minois vers la femme au regard horrifié à côté d’elle. ‘Maman, il est où papa ?’ Elle ne comprenait pas vraiment, elle savait que le feu n’était pas normal, comme elle savait que sa mère devait pouvoir faire quelque chose, c’était sa maman après tout. Mais rien. Nora regarda les larmes couler sur les joues de sa maman et commença à avoir peur. ‘Maman, pourquoi tu pleures ?’ Papa n’était peut-être pas encore là mais il allait venir non ? Il était avec leur invité qui faisait des choses amusantes avec sa baguette magique, comme Merlin l'Enchanteur dans Disney ! Alors il allait bien non ? Elle avait vu le gentil monsieur faire de l’eau, alors le feu ne pourrait rien leur faire n’est-ce pas ? Nora regarda à nouveau sa maison qui lui faisait de plus en plus penser à un bûcher funéraire. Sa maman lui avait lu une histoire où les morts n’étaient pas enterrés mais brûler, elle ne comprenait pas pourquoi l’image lui revenait maintenant. Elle se serra à la jambe de la femme et contempla les magnifiques flammes qui brûlaient jusqu’aux étoiles. Elle vit quelqu’un sortir du feu et poussa un cri de joie avant d’échapper à sa mère pour se précipiter vers le monsieur qui marchait. Il portait quelque chose de grand sur son dos, c’était peut-être le gros nounours de Nora ? C’était son nounours préféré et son papa était le plus gentil alors il avait peut-être pensé à le récupérer. Une chaleur étouffante l’enveloppa et Nora s’arrêta en reconnaissant le monsieur. Ce n’était pas son papa. Et le gros truc qu’il portait ce n’était pas son nounours. ‘Papa ?’ demanda quand même Nora. Le monsieur l’ignora et s’éloigna du bûcher vers sa maman. Le toit s’effondra dans un fracas de fin du monde, jetant des étincelles dans tous les sens. Nora ne fut pas brûlée mais assez effrayée pour retourner se coller à sa maman toujours amorphe. Elle ouvrit ses grands yeux purs et regarda les deux adultes. Le monsieur venait de déposer son fardeau, c’était un homme atrocement brûlé, tellement qu’on ne pouvait le reconnaître. Mais Nora était intelligente. Si elle n’avait pas vu son papa sortir c’est que ce devait être lui qui était allongé de tout son long et immobile. Les larmes commencèrent à couler et elle enfoui son visage dans les jambes de sa maman avec assez de force pour la faire vaciller. D’un geste automatique, la femme lui mit une main sur la tête et commença à discuter avec le monsieur. L’esprit de Nora se rappela que son papa avait appelé le gentil monsieur ‘sorcier’. Comme dans ses contes de fées que son papa et sa maman lisait le soir avant qu’elle ne s’endorme. Sorcier. Etait-ce parce qu’il était venu que son papa était mort dans le bûcher de sa maison ? Etait-ce parce qu’il était venu que sa maman était en train de la détacher d’elle en lui parlant ? ‘Nora, tu ne dois pas bouger d’accord ? On va revenir rapidement, c’est promis, mais il faut qu’on prévienne quelqu’un d’accord ?’ La petite Nora regardait sa maman aux traits défaits et en larmes avec de grands yeux innocents. ‘Ne t’inquiètes ma petite Nora d’accord ? Tout va bien se passer. Tu ne resteras pas seule très longtemps d’accord ?’ ‘Maman ?’ ‘Oui ?’ ‘Pourquoi il y a le feu ?’ Ses lèvres tremblaient et le regard de sa maman avait dévié sur le monsieur avant de revenir sur elle. ‘Il y a eu un accident entre papa et le gentil monsieur mais ce n’est rien d’accord ?’ Nora la regarda avec de grands yeux devenus sérieux. ‘Non maman. Papa il dort pour toujours alors dis pas « c’est rien ».’ La maman hoqueta et gifla sa fille brusquement. Le monsieur derrière eut une exclamation mais la mère et la fille l’ignorèrent toutes les deux. Une mère dépassée et une fille trop mature. ‘On va partir Nora, reste ici, les pompiers vont arriver d’accord ?’ ‘Oui maman.’ La mère hocha la tête et alla saisir l’avant-bras du monsieur avec un dernier geste de salut, un sourire tremblant sur le visage. Ils disparurent dans un craquement sonore et Nora se dirigea vers le feu pour mettre ses poignets au-dessus. Elle pleura quand la douleur la saisit et les enleva tout de suite, elle voulait ressentir la douleur qu’avait saisi son père quand il avait brûlé. Maintenant elle savait et elle regrettait. Elle se mit à courir au hasard des rues. Les larmes coulaient sans fin sur ses joues et elle murmura pour la nuit. ‘Non maman.’ Douce innocence envolée avec les horreurs de la trahison maternelle.

No s’infiltra par la fenêtre et parcourut la maison sans hésitation. Elle avait appris les plans par cœur – comme avant chaque opération – et savait parfaitement où aller et comment. Silencieuse ombre noire dépourvue de la moindre autre distinction autre que des formes féminines se coulant de porte en porte pour arriver à son but. Elle pénétra facilement dans le bureau de cet homme et entreprit de fouiller les tiroirs jusqu’à ce qu’elle trouve ce qu’elle cherchait. Une carte de visite au nom de sa fille qui devait avoir son âge, la photo sur le coin supérieur gauche. La carte fut introduite dans une poche de la combinaison de cuir et elle devint rapidement invisible aux éventuels voyeurs. L’ombre retourna dans le jardin par la fenêtre qu’elle ferma du mieux qu’elle put par l’extérieur et elle s’éloigna rapidement du lieu de son méfait. Trois rues plus loin, aucun signe d’une quelconque activité policière n’était à signaler et elle arriva enfin à son véhicule. Une magnifique moto à la décoration de flammes plus réalistes qu’on ne pourrait le penser sur un simple véhicule qui n’attendait qu’elle pour filer sur les routes. Enlevant la cagoule de cuir avec l’impression de revivre – la chaleur dessous était insupportable – elle essuya rapidement la transpiration qui perlait sur son front et mit les diverses protections nécessaires avant de grimper sur la selle. Quelques instants plus tard, elle filait à toute allure et retrouva rapidement sa bien-aimée capitale. Enfant des villes, elle ne se sentait réellement vivante que dans celles à l’agitation incessante. Bientôt, elle se gara en vrac sur le trottoir pour enfin rejoindre son lit – ô moment de bonheur.

Le lendemain, No fut la première debout malgré son coucher tardif, elle n’avait pas fini sa mission et avait encore beaucoup de choses à faire avant de se coucher ce soir. La jeune fille aux cheveux d’or, s’habilla de son pull rose et de son jean préférés, bracelets divers et variés de nouveau aux poignets – elle les enlevait pour les missions – et sacoche pendue à la ceinture, dépourvue de tous couteaux pour cette fois à son grand regret. Elle attacha rapidement ses cheveux en deux demi-couettes sur chaque côté de sa tête avec deux rubans roses et s’estima prête après une touche de rouge à lèvre et de fond de teint. Son ventre hurlant famine depuis maintenant un certain temps, l’adolescente se dirigea vers la cuisine et y trouva les deux loques humaines qu’elle avait évitée de réveiller la veille. ‘S’lut No.’ Dirent-ils dans un synchronisme parfait et avec le même manque d’enthousiasme. Elle sourit aux deux hommes qui partageaient sa vie depuis maintenant deux ans. Elle leur sourit et parla doucement, attentive à ne pas faire de bruits trop forts pour leur tête sous l’emprise de la gueule de bois. ‘Bonjour vous deux. Déjà réveillés ?’ Samuel Lloyd était d’un léger roux vénitien avec deux cheveux bouclés et une bouille adorable parsemée de tâches chocolats, petit et un peu enveloppé il était capable de réagir à la vitesse de l’éclair si elle le demandait, il était son papa ours préféré, toujours une bonne parole pour la réconforter alors que les autres n’avaient droit qu’à un sarcasme souvent amer. Laurent Trémaud était un français qui ne pouvait mieux coller aux clichés sur l’élégance française légendaire – ou tout autre clichés français d’ailleurs. Râleur et légèrement prétentieux, c’était un ami en or et véritable coureur de jupon qui ne voulait pas le moins de monde se poser malgré ses trente ans passés. Des cheveux châtains, un regard noir comme l’onyx et un sourire rare, il était l’image même de cet homme mystérieux dont nombre de femmes rêvait en secret. Et c’était tous les deux des amateurs assumés de soirées – qu’elles soient en boîte ou devant la télé avec des bières et des pizzas à ne plus savoir qu’en faire – autant dire que No avait pitié de l’état de leur foie.  ‘On a entendu ton réveil’ grommela Samuel. ‘Tu pourrais le mettre moins fort’ lança Laurent ‘Je ne vais jamais tenir jusqu’à ce soir.’ Un petit rire lui échappa et elle posa deux grands verres avec du doliprane à côté de leurs tasses de thé et de café. Elle prépara un chocolat chaud pour elle et les observa se réveiller doucement sans répondre, les yeux adoucis par la tendresse qui l’habitait en observant les deux hommes qui lui tenait lieu de famille depuis deux ans.

Le gang Demon Heart qui l’avait recueilli à ses cinq ans venait de se dissoudre sous l’impulsion d’un gang ennemi. Elle savait que certains membres allaient se regrouper pour le reformer mais elle ne serait pas de la partie. No avait grandi dans ce gang bien plus que dans sa famille biologique et son cœur se brisait de le quitter mais les membres qui étaient susceptibles de le reformer n’étaient pas de ceux qu’elle préférait. Grand-mère lui avait dit de voler de ses propres ailes, la famille lui avait permis d’apprendre à voler dans tous les sens du terme et No ne mourrait jamais de faim bien qu’elle ne vivrait pas dans le luxe au début. Elle avait besoin de ressentir la liberté et Demon Heart ne ferait que l’étouffer  en se reposant sur ses compétences d’araignée – le surnom des voleurs dans les quartiers peu recommandés – pour continuer à survivre. Les anciens en avaient conscience et peu d’entre eux se levèrent contre l’avis de la grand-mère. No était triste mais avait toujours compris rapidement, elle savait que grand-mère avait raison. Il était temps pour elle de partir vivre sa vie, quand bien même elle n’était pas majeure civilement parlant. Depuis le bûcher funéraire de son père elle avait toujours été autonome et elle bénissait cette faculté à présent. Ce fut deux jours plus tard qu’elle les rencontra véritablement. Ils étaient en boîte et elle avait décidé de voler quelques personnes pour se constituer un argent de poche un peu plus conséquent que celui donné par grand-mère avant qu’elle ne se retrouve enfermée en maison de retraite. Elle avait réussi sans trop de difficulté et avait décidé de boire un peu pour oublier quelques soucis. Au bar se tenait deux hommes mûrs et ils finirent par lier connaissance en tout bien tout honneur. ‘Tu es saoule petite, tu devrais rentrer’ lança Samuel avec un sourire attendri. No lui lança un regard puis plongea son regard dans son verre. ‘Je peux pas, j’ai pas de chez-moi.’ Elle avait dit ça d’une petite voix timide, elle se sentait coupable de manipuler deux types aussi sympa qu’eux mais ils étaient également ce dont elle avait besoin pour cette nuit. ‘T’as pas de parents ? Pas d’orphelinat ?’ s’étonna Laurent. Elle secoua la tête avec une moue embarrassée et essaya de changer de sujet mais Samuel le remit bien vite sur le tapis. ‘Où est-ce que tu vis alors ?’ ‘Ici et là, dans les centres d’accueil principalement.’ Elle les vit échanger un regard alors que son regard à elle trahissait l’incompréhension et l’innocence totale que l’alcool lui donnait. Elle n’avait jamais été saoule mais elle avait suffisamment observée les personnes qui l’étaient pour se faire une idée de comment se comporter. Et dévoiler des « secrets » sur sa vie privée comme si elle ne savait pas ce qu’elle disait était le meilleur moyen pour qu’ils la croient, c’était d’ailleurs pour ça qu’elle faisait attention à ne pas trop mentir. ‘Tu sais quoi No ? Tu vas dormir chez nous cette nuit et demain on verra ce qu’on peut faire d’accord ?’ No pencha la tête sur le côté en écarquillant les yeux. ‘Moi, dormant chez vous ?!’ Elle eut un petit rire nerveux qu’elle ne simula qu’aux trois-quarts. ‘Je ne crois pas que ce soit une bonne idée…’ ‘Oh voyons ! On ne va rien te faire, tu as la moitié de notre âge !’ lança Laurent avec un regard irrité. Il ne devenait pas violent avec l’alcool mais les émotions étaient toujours exacerbées avec cette boisson, elle savait qu’elle ne craignait rien. ‘Parle pour toi ! Je ne suis pas aussi vieux moi !’ Elle les regarda se disputer avec un sourire amusé. Ce serait amusant si elle devait vivre chez eux, même pour une seule nuit. Famille perdue, famille reconstruite, tranquille assurance envers l’avenir.

La jeune fille aux yeux bleus finit son chocolat en grimaçant sous la chaleur. Elle ne les avait plus quittés après cette soirée, ils s’étaient tous attachés les uns aux autres et elle déménagea finalement définitivement. Ils apprirent la vérité à son sujet deux mois plus tard parce qu’elle se sentait coupable de leur cacher qu’elle s’était servie d’eux. Samuel avait balayé ses révélations d’un geste de la main et Laurent avait râlé qu’elle les prenait vraiment pour des idiots si elle croyait qu’ils ne savaient pas qu’il y avait anguille sous roche depuis le début. Elle s’était sentie honteuse mais ils lui avaient assuré qu’elle pouvait rester avec eux alors elle n’avait pas insisté. ‘Dis-moi No, tu as un rendez-vous ?’ demanda Samuel. La jeune voleuse rougit d’un coup en lui adressant un regard de pure horreur qui le fit glousser. ‘Mais… mais qu’est-ce que tu racontes ?’ bredouilla-t-elle tant bien que mal. Intérieurement elle se maudissait, cette réaction ne ferait que donner plus de poids à son hypothèse stupide. ‘Tu ne te maquilles pas d’habitude’ répondit-il. Son regard était toujours franchement amusé derrière la tasse de thé et Laurent avait relevé la tête de son café dès que la question avait retentit. ‘Tu nous aurais caché une information aussi importante ?’ s’insurgea-t-il. Paniquée, No agita les mains devant elle dans un signe de franche négation. ‘Non non non ! Je n’ai pas de rendez-vous, je me suis juste mis dans un rôle ! C’est tout !’ Déçu, Laurent soupira lourdement à propos du célibat – ce qui lui valut un regard noir de No – tandis que Samuel fronçait les sourcils. ‘Rien de dangereux n’est-ce pas ?’ No lui adressa son sourire rayonnant et le regarda de son regard bleu glace attendrie, touchée par son inquiétude. ‘Pas du tout, il s’agit juste de réunir quelques preuves. Ils préfèrent faire ça discrètement, raison pour laquelle j’interviens, mais ils m’ont autorisé à montrer leur carte en cas de problème.’ Elle sentit leur réticence mais sourit tranquillement, elle n’aimait pas leur forcer la main mais savait qu’ils ne feraient rien pour l’empêcher de travailler. Au moins elle pouvait exercer le métier dans lequel elle excellait depuis qu’elle était jeune sans que ce ne soit dans l’illégalité.

No entra dans le grand immeuble blanc que le mot INQUISITION ornait dans un manque d’élégance criant. Un coup d’œil lui suffit pour repérer les sorties potentielles et elle s’avança jusqu’à ce qui ressemblait à un accueil classique. Une secrétaire brune à l’apparente vitalité raccrocha au téléphone et fit un sourire qui donna à No de lui arracher les yeux. Un sourire si faux et méprisant qu’elle ne pouvait que lui en retourner un éclatant de gentillesse, une lueur douce dans les yeux. La secrétaire parut encore plus méprisante mais ce fut d’une voix agréable qu’elle lui demanda. ‘Bonjour, que puis-je pour vous ?’ No lui tendit la lettre d’autorisation de visite qu’elle avait reçue la veille. ‘Bonjour, je suis attendue par Garreth Sullivan et Kalisah Allers.’ La secrétaire fronça les sourcils en lisant la lettre puis décrocha le téléphone fixe. ‘Bonjour M. Allers, une certaine Nora Hattaway est supposément attendue par Mme Allers et M. Sullivan.’ No attendait patiemment que la vérification soit terminée, son cœur se serrant. Elle n’était pas sorcière mais se fournissait sur le marché noir du monde magique en potion dangereuse depuis plus de trois ans, était-ce puni par l’Inquisition ? Non, elle ne serait pas invité dans ce cas-là, du moins le pensait-elle. Elle était inquiète mais rien dans sa posture ou dans son regard ne le laissait penser, la rue enseignait bien à ses enfants. ‘Oui, bien sûr M. Allers, elle arrive tout de suite.’ La secrétaire la regarda d’un air incertain, beaucoup moins méprisante tout à coup, peut-être un peu compatissante même. L’inquiétude doubla dans l’esprit de No mais elle suivit sans rien dire la femme qui la guida jusqu’à un ascenseur. ‘Ils vous attendent dans la salle 1 au premier étage, c’est la première porte à droite.’ Indiqua-t-elle avec un sourire professionnel. No la remercia d’un sourire et arriva bien vite à destination. Le temps dans l’ascenseur lui avait semblé être passé à la vitesse de la lumière et elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter de l’empathie soudaine de la secrétaire. Les Inquisiteurs étaient-ils si impitoyables pour que leur personnel les craignent ainsi ? Elle mit une mèche de sa demi-couette derrière son oreille, non ce devait être une simple crainte d’un supérieur qui a droit de licenciement sur vous. Elle devait y croire si elle ne voulait pas perdre ses moyens avant même d’être entrée dans la pièce. En ouvrant la porte elle découvrit un joli salon tout en modernité. Elle vit des appareils à la pointe de la technologie et des fauteuils à l’air confortables. Et surtout elle vit une femme à la beauté glaciale qui lui donna l’impression d’être un garçon manqué et un homme tout voûté bien qu’encore dans la force de l’âge. Kalisah Allers et Garreth Sullivan devina-t-elle sans trop d’hésitation. La femme la jaugeait tandis que l’homme semblait ne pas en revenir. No prit une profonde inspiration mentale et leur servit son plus magnifique sourire. La politesse était toujours le meilleur moyen pour se sortir de situations compliqués, ne serait-ce que pour déstabiliser l’adversaire. ‘Bonjour Madame, monsieur. Je suis No Hattaway.’ La femme leva un élégant sourcil et No lutta pour garder son naturel. Elle était encore sur le pas de la porte, n’osant pas tellement entrer et s’assoir près de ces deux personnages qui semblait avoir l’air si important. ‘Asseyez-vous Mlle Hattaway.’ ‘Sur nos papiers vous êtes désignée sous le nom de Nora Hattaway.’ La grimace lui échappa avant même qu’elle y pense. Sa réaction sembla les intéresser et elle se plaqua un sourire timide sur les lèvres sans effort. Cette timidité elle la ressentait à chaque fois qu’on la questionnait sur son prénom. ‘Officiellement je suis Nora Hattaway mais je n’ai plus utilisé ce prénom depuis des années, maintenant c’est No.’ Mme Allers fit un petit sourire et No respira soudainement plus facilement. Elle sentait que c’était la femme qui devait être convaincue plus que l’homme, et pourtant il devait être important lui aussi, l’adolescente le voyait dans son assurance palpable. ‘Nous avons quelque chose à te proposer.’ La voix sucré bien que froide de la femme l’enveloppa et No les regarda d’un œil incrédule. ‘Un travail en fait’ grogna Sullivan. ‘Nous connaissons tes dons pour le vol et l’espionnage et nous pensons qu’ils pourraient nous être utiles’ clarifia Allers. No les regarda d’un œil totalement incrédule et ne songea même pas à démentir. ‘C’est-  c’est un honneur mais- mais pourquoi moi ? Il doit y avoir des voleurs bien plus compétents que moi.’ Sullivan grogna et sa voix rauque écorcha les oreilles de No. Quel contraste avec la femme aux airs de reine. ‘Pas tant que ça jeune fille, vous êtes très douée dans ce que vous faites et vous le faites depuis plus longtemps que bien des voleurs.’ La femme hocha la tête et No reporta son attention sur elle. ‘De plus nous savons que vous n’appréciez pas les sorciers bien que vous fournissiez chez eux.’ ‘Une petite maligne, vous vous servez d’eux au lieu de juste et inutilement les détester.’ Sullivan hocha plusieurs fois la tête puis planta un œil plus perspicace que quiconque ne pourrait le penser au premier abord dans le regard d’azur de l’adolescente. ‘Nous avons besoin de gens comme vous, intelligents et déterminés. De plus vous serez bien rémunérée et vos missions seront couvertes par l’Inquisition au cas où vous vous ferez attraper.’ No passa sur le fait qu’elle n’avait encore jamais été attrapée depuis au moins six ans et qu’elle n’avait pas l’intention que ça change. Elle réfléchit plutôt à leur proposition. Bonne rémunération, ce qui lui permettrait de moins voler et d’aider Laurent et Samuel à payer les factures sans compter la quasi-certitude qu’elle ne serait pas inquiétée dans l’hypothèse qu’elle se fasse prendre. Elle les dévisagea. La beauté de glace aux yeux clairs et à la chevelure platine aux airs d’impératrice sûre de sa place sur le trône et le monsieur un peu bourru qui cachait une intelligence vive sous une carapace disgracieuse. Deux personnes qui l’avaient rencontré en face alors qu’elle n’était qu’une vulgaire araignée qu’ils pourraient écraser sans même y faire attention. Si elle les craignait, elle était cependant convaincue qu’ils pourraient réduire – à défaut d’éliminer – la menace magique du monde. Un sourire de tranquille assurance prit place sur ses lèvres et elle les contempla avec sa douceur naïve au fond du regard. ‘J’accepte votre proposition.’ L’innocence autrefois perdue qui vient prendre sa revanche, autrefois faiblesse qui devint force.

Laurent soupira lourdement mais finit par hocher la tête. ‘Très bien, mais fais attention à toi.’ No lui offrit son sourire rayonnant. ‘Toujours.’ Elle rangea son petit-déjeuner et alla chercher ses affaires après un bisou à Samuel qui semblait toujours aussi réticent. Elle savait qu’il n’aimait pas qu’elle soit mêlée à ces affaires d’Etat mais il respectait ses choix, elle ne l’en aimait que plus fort, son brave papa ours. ‘A ce soir ! Je reste joignable !’ s’exclama-t-elle avec un geste d’adieu. Elle ferma la porte et respira profondément. Bien. Il était temps de se mettre au travail.

©Elena Chase.


Dernière édition par Nora Hattaway le Mer 16 Aoû - 19:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar
J'ai posté : 117
messages. J'ai : 242
MessageSujet: Re: Girl with a gentle smile ♦ No   Lun 26 Sep - 0:53



La première Inquisitrice du forum est un personnage qui a l'air fort intéressant ma foi :


Tu es officiellement validé ! Félicitations ! Il y a à présent mille et une choses à faire ! Premièrement il va falloir aller
Recenser ton Avatar. En second, il te faut recenser ton Rang.

Pour continuer dans l'administration, tu peux créer ton Journal de Bord ainsi que ta Fiche de Liens.

Si tu as du mal à débuter dans le RP, jette donc un coup d'œil à la Recherche RP et on se fera un plaisir de te trouver un partenaire ! Si tu es un peu perdu et que tu as besoin d’un guide va donc par Ici, on t’en trouvera un sans soucis !

Pour t'aider un peu mieux à comprendre le système de points, tu as un sujet À cet Endroit ! Pour te garder actif, les Activités sont faites pour toi.

Enfin, si tu y penses, quelques Votes seront le Bienvenue, cela amènera peut-être d'autres âmes comme la tienne ici bas.

En espérant que ton séjour parmi nous soit des plus agréables. N'hésite pas à te tourner vers le staff pour quoi que ce soit !


Le Maître du Jeu,

© Elena Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotterworld.forumactif.org
Girl with a gentle smile ♦ No
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Smile Train (le train du sourire)
» GOSSIP GIRL!!!!!!!!!!
» my very special girl !
» Glory Girl
» Smile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Broken Law :: Pour Bien Commencer :: Here I Am :: Présentations validées :: Adultes-